Critique « Les Indestructibles 2 »

le

Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

L’histoire surfe avec malice sur les grands thèmes du moment (la charge mentale, la prise de pouvoir des femmes) mais, à force de balayer trop de sujets, Bird ne parvient pas toujours au bout de ses idées – qu’est-ce qu’on aurait aimé voir le film de M. Indestructible coincé à la maison ! C’est un peu comme le point de vue politique qu’on ne décrypte jamais clairement.

Bird a des idées très arrêtées sur le sujet et il a même fait un film autour de ce thème (le sous-estimé « A la poursuite de demain »). Ici, son point de vue n’est pas toujours très clair : la population vit à l’heure d’une dictature médiatique (où les sondages d’opinion font loi) mais personne ne songe à s’en libérer ; les superhéros veulent sortir du placard, mais réclament surtout le droit de pouvoir CHOISIR librement leur destin ; et parallèlement le vilain (aux motivations confuses) veut montrer aux gens que les superhéros les empêchent de réaliser leurs propres vies et qu’ils ne sont que des figures sur qui on ne peut pas vraiment compter.

Qui a raison ? Qui a tort ? Et qu’est-ce que tout ça raconte ? Au fond, ce n’est pas l’important. Ce qui est fou ici, c’est la famille et la mise en scène. Et de ce point de vue là, « Les Indestructibles 2 » délivre les meilleures séquences d’action vues depuis 14 ans tout film confondu et tutoient les sommets de cinéma dans trois scènes littéralement démentes. 1/ Elastigirl à moto poursuit un train fou (la scène d’action la mieux découpée de l’année), 2/ Jack-Jack contre un raton-laveur (la scène d’action la plus drôle de l’année) et 3/ Elastigirl se bat contre le Screenslaver dans une cage faite de néons et de tubes lumineux… Ce sont des moments d’une grâce, d’un rythme et d’une drôlerie insensés.

Il y a d’autres passages incroyables dans le film (M. Indestructible face à Edna Mode), mais ceux-là font oublier les petites faiblesses du film (un dernier acte trop rapide) et rappellent surtout qu’il y a peu de cinéastes à ce niveau de génie en activité. Trois scènes de folies qui inscrivent « Les Indestructibles 2 » comme l’un des meilleurs blockbusters de l’année. Facilement.

Il ne nous reste donc plus qu’à vous dire … BON VISIONNAGE !!!

Bande annonce « Les Indestructibles 2 »

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s