Critique « La Ch’tite Famille »

le

Valentin D. et Constance Brandt, un couple d’architectes designers en vogue préparent le vernissage de leur rétrospective au Palais de Tokyo. Mais ce que personne ne sait, c’est que pour s’intégrer au monde du design et du luxe parisien, Valentin a menti sur ses origines prolétaires et ch’tis. Alors, quand sa mère, son frère et sa belle-sœur débarquent par surprise au Palais de Tokyo, le jour du vernissage, la rencontre des deux mondes est fracassante. D’autant plus que Valentin, suite à un accident, va perdre la mémoire et se retrouver 20 ans en arrière, plus ch’ti que jamais !

L’histoire tourne autour de la confrontation de deux mondes. Le milieu bobo parisien est autant ridiculisé et caricaturé que les ch’tis. Une idée peu originale et déjà vue, mais pourtant Dany Boon a su éviter le piège de la suite ratée en choisissant plutôt de tourner une « variation sur le même thème ».

Les deux non ch’tis du casting principal sont très à l’aise dans leur rôle de « parigots » confrontés au ch’ti. Berléand parle des « chlip’s » (ch’tis) pendant tout le film pendant qu’Arné est presque touchante dans sa volonté d’apprendre le ch’ti. Plusieurs fois, Dany Boon appuie sur des moments de retrouvailles ou de nostalgie. Des scènes assez réussies, un peu tire-larmes, qui sont plus nombreuses que dans les précédents films de Dany Boon. Notamment celle dans laquelle Suzanne (Line Renaud) sermonne son fils : « On peut devenir riche mais on ne doit pas oublier d’où qu’on vient… ». Ou encore cette réplique de Dany Boon : « J’aime pas ce que je suis devenu alors j’essaie de me rappeler de qui j’étais ».

Le comédien-réalisateur d’Armentières a tenu aussi à faire quelques jolis clins d’oeil nostalgiques et nordistes : sa boîte de crayons de couleur Caran d’Ache, sa mobylette, les photos de son enfance, les petits cyclistes en métal… On ne va pas vous « spoiler » mais le clin d’oeil appuyé à Johnny Hallyday (à qui le film est dédié) plaira aux fans. Sachant que cette scène finale a été tournée en août dernier à Oudezeele, bien avant le décès du chanteur.

En clair, touchant et drôle à souhait, Dany Boon tient ici probablement son film le plus aboutit en tenant sa promesse : « Pour avoir un bon film de comédie, il faut rire et se sentir touché, voire ému » .

Il ne nous reste donc plus qu’à vous dire … BON VISIONNAGE !!!

Bande annonce « La Ch’tite Famille »

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s